henry and henri

A peculiar evergreen overhung our fire, which at first glance looked like a pitch pine (P. rigida), with leaves little more than an inch long, spruce-like, but we found it to be the Pinus Banksiana, — “Banks’s, or Labrador Pine”, also called Scrub Pine, Gray Pine, &c., a new tree to us. These must have been good specimens, for several were 30 or 35 feet high, which is 2 or 3 times the height commonly assigned them. Michaux says that it grows further north than any of our pines, but he did not find it any where more than 10 feet high.

(henry david thoreau, the maine woods, 1857)

.

.

.

.

Je ne connais pas le caractère du chêne. Mais le caractère qu’il montre, je le connais, et celui que montrent le hêtre et le tremble et l’orme et tous ses compères des forêts d’Europe. Je connais, je le vois et je ne l’aime pas. Surtout pas celui du hêtre dont j’avais des forêts pleines à quarante minutes de chez moi, et que je vomissais de tout le refus de mon enfance. Grand coffre produisant pour peu de temps une nuée de petites feuilles, qui tombent bientôt et il reste un grand réticent. Avec ça, pas mort, quoiqu’il en l’air, cet avare. Adulte-né, il trouve qu’il met ceux cents ans à mourir.

Quand il y a beaucoup de vent, on perçoit, venant de son haut, un petit murmure qui ne veut rien dire, sur ce grand plier dur.

Tout autre est le caractère que montre l’arbre tropical.

.

.
.

les dessins d’henri michaux sont extraits de arbres des tropiques, 1942

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Wednesday January 11 2017


 

Advertisements